The Work of Byron Katie

Print pagePDF pageEmail page

INTRODUCTION

Le monde a un fonctionnement dysfonctionnel à cause de tant de confusion à croire nos pensées, notre passé comme réel. Le regret, la culpabilité, la honte, toute l’insanité d’un fonctionnement tordu nous fait vivre dans plus en plus de limitations car le mental cherche constamment à prouver que la croyance est ce que nous sommes. La guerre dans le monde a lieu à cause de la confusion de croyances considérées comme réelles. Il n’y a pas de paix possible sans réflexions sur ce que je crois réel, soit mes pensées à propos de situations, de faits,sur les autres…sur tout ce que mon mental projette à l’extérieur de moi. Est-ce que je crois est réel?

Quand je fais ce Travail, je me réveille à ce qui est réel à l’intérieur de moi, à ma vraie nature. Ce Travail est à propos de la réalisation de soi. Pour vous , qu’est ce que l’Eveil?

Quand je réalise ce qui n’est pas réel, ce qui n’est pas moi, je suis distancée de mes pensées sachant qu’elles ne me représentent pas. Ce sont juste des pensées. Ma façon d’agir change toute seule, je deviens plus aimable naturellement car il n ‘y a plus de guerre , de tension à l’intérieur, je suis disposée à voir les choses telles qu’elles sont et non les distortionner à nouveau, je n’ai pas peur, je suis dans un espace lumineux, je vis de la gratitude, de la joie, de la liberté.

Tout le monde peut faire ce Travail, même un enfant. Il s’agit juste d’être sincère avec soi, être ouvert à connaître la vérité. Le Travail ce sont 4 questions fondamentales posées à notre mental. Qu’est-ce qu’on questionne? Tout ce qui nous limite et nous empêche de vivre en paix : des croyances, des pensées stressantes à propos de l’argent, du travail, de notre relation, sur notre corps, notre futur, etc. Nous souffrons quand nous croyons une pensée qui est en conflit avec ce qui existe. C’est l’attachement à notre pensée qu’on croit réelle qui est le problème. Ce n’est même pas la pensée qui est le problème, mais l’identification au problème, à la situation.

Les 2 phases dans le Travail :

1er phase

  • identifier les pensées qui me causent du stress, peur, colère, tristesse, irritation, impuissance, frustration,…ma mère ne pense qu’à elle, mon chum ne m’écoute pas. Remplissons une feuille JYN ensemble. ( lire à chaque étape ce qui convient :annexe ). Qui est volontaire pour lire ce qu’il a écrit et qui se porte volontaire pour faire une démonstration?
  • Faire le Travail avec le volontaire . On questionne notre ressenti souffrant, nos réactions impulsives du moment dans les 3 premières questions : 1. est-ce vrai? Réponse oui-non. ( il n’y a pas de bonnes réponses, soyez simplement vous-même et laisser la réponse émaner de l’intérieur. Ecouter la question les yeux fermés si vous préférez, la laisser s’imprégner en vous en silence. 2. Est-ce que je peux être absolument sur que c’est vrai? Oui-non.3.comment réagissez-vous , que se passe-t-il quand vous croyez cette pensée? ( des visions du passé, des comportements vont surgir spontanément car de plus en plus le mental prend confiance dans l’écoute qu’on lui donne et nous livre des images, des sensations,. Qu’est ce que je ressens dans le corps, quelles sont les émotions qui montent, les pensées, comment je traite l’autre quand je pense ce que je pense de lui, dans quelles affaires je suis?). 2eme phase
  • comment serait notre vie, comment verrait-on l’autre si je ne pouvais pas avoir cette pensée à son sujet, qui est-ce que je suis dans la même situation mais sans l’histoire que je me fais? On peut comparer : ressenti avec la pensée, ressenti sans la pensée. On éduque notre mental à apprendre la réalité sans distorsion, avec la logique du mental, le même chemin mais avec conscience. Mon inconscient je le prends comme un enfant, je l’éduque avec compréhension dans le processus et l’encadre avec patience.
  • Puis on retourne la pensée dans le sens contraire pour voir si la pensée est aussi vraie ou plus vraie que la pensée stressante, pour voir si elle a autant de sens ou plus. On donne 3 exemples comme quoi c’est vrai ou plus vrai. On rétablit une balance. On éclaircit le mental.
  • On peut la retourner de différentes façons : vers l’autre à l’opposé, vers soi et l’autre, vers soi. Et pour chaque retournement de la pensée, on trouve 3 exemples concrets qui montre que ça puet être plus vrai que la pensée stressante.On regarde la réalité avec honnêteté et de là découle toute la clarté d’esprit, la sensation de réalisation, la paix et la sécurité intérieure, l’ouverture vers plein de possibilités de vivre sa vie. A partir de là ma façon d’agir et de penser change.

 

Valeur du Travail

C’est un processus qui déconstruit les pensées ou les croyances. C’est une rencontre avec soi dans la plus profonde intimité. Je me réjouis de me dévoiler, de me dénoncer car de ma capacité à être sincère découle mon ouverture à voir la réalité telle quelle est. Dans ce contexte je ne juge pas, je suis témoin, je ne filtre pas, et je suis contente de voir comment parfois je peux être arrogante, contrôlante ou dictatrice car le processus de clarification me libère de ce comportement inadéquat. C’est un cadeau à déballer! Il m’amène dans le présent, dans l’expérience de l’être qui vit la réalité avec clarté. Je dispose alors de toute mon énergie. Mon corps est ouvert, détendu à la vie, mon cœur est humble et accueillant et je passe à l’action simplement. Je ressens une grande liberté ,une joie d’être que je sais être toujours à l’intérieur de moi.

 »Si j’avais le choix entre avoir raison et et avoir la paix et l’amour, consciemment je choisirai la paix et l’amour ». ( quote de Byron Katie)

– Mon mental perd sa position d’avoir toujours raison et à la place je vis dans mon être de plus en plus comblée.

– Je sors des limites de mon mental qui est de juger et d’avoir raison à tout prix, d’analyser à partir des peurs qu’il crée, d’élaborer des concepts, des habitudes limitantes et des histoires à nous confondre.

– Je ne vois plus de menaces imaginaires, ce qui me rend aimable naturellement et disponible à recevoir les situations telles qu’elles se présentent.

– Je sors de l’impuissance de la victime qui endure des insatisfactions à chaque nouveau déclencheur.

– Je deviens créative , je ressens la pulsion de vie derrière les pensées.

– Il y a une sécurité et une paix intérieure.

– Je ressens comme un enfant la Joie d’être sans raison.

– Tout arrive sans effort, c’est un déploiement quand je cesse de ma battre et laisse le courant me sculpter.

– Les autres croyances ont de moins en moins de support dans ma vie.


La Pulsion de Vie derrière les pensées

C’est petit enfant que notre mental est le plus au neutre et que nous sommes vraiment en contact avec notre pulsion de vie, une force intense qui veut s’exprimer par tous les moments du présent. Jusqu’à ce qu’une émotion, un sentiment se pointent et mettent une ombre au tableau : le mental fait surface, interprète la réalité vécue par une pensée stressante : »// me manque quelque-chose, je suis tout seul, je vais mourir… » Finie la paix de se sentir un avec le tout! en interprétant la réalité comme « difficile » naît la souffrance, rappelée dans toutes les situations qui ressemblent de près et de loin à la situation vécue à mesure que l’on grandit. Apparaît la frustration avec l’attente anticipée, la victime dépendante de son sort, la perte de confiance en sa capacité innée de répondre adéquatement à une situation, la perte progressive de sa pulsion de vie, du pouvoir d’être simplement ce que nous sommes . Ah! Nous y voilà!
La perte de contact avec ce que nous sommes : un avec le tout, en paix, libre, amoureux ,vivant, vibrant, joyeux, témoignant à chaque instant ce que nous rayonnons.
Au lieu de cela, la croyance s’incruste dans notre inconscient et est confirmée par notre mental qui reproduit l’expérience de souffrance et l’entretient pour en faire une réalité indubitable . Quelle impasse! Ma pulsion de vie s’éteint au fur et à mesure des limitations qu’installe ma croyance : « je ne peux rien faire! c’est la faute des autres! je suis incapable » : je subis alors en me diminuant, en me plaignant, en taisant ce qui me fait vibrer.
Remettre en question ma croyance qui dure depuis si longtemps! Quelle joie! Quelle libération!
Et c’est exactement ce qui nous est donné de faire par le Travail de Byron Katie: se questionner sur ce que l’on croit pour réaliser que ce que j’ai compris et cru depuis le petit enfant est peut-être mal interprété ou est une réalité périmée, ou même que dans le fond cette réalité instaurée n’a jamais réellement existé .

« Nous souffrons quand nous croyons en une pensée qui conteste ce qui est »
Byron Katie.

N’est-ce pas une fonction du mental que de chercher à mettre une explication sur tout ce que l’on vit : déjuger bon, bien ou mauvais, mal tout ce qui vient à notre portée? N’est-ce pas une fonction du mental que de penser qu’il a raison et qu’il s’acharne à le prouver tout au long de notre vie? Et cette réalité du mental bâtie sur des fondements du passé nous enferment dans un carcan dont nous n’imaginons plus l’ampleur, généralisée sur tout ce qui se passe dans notre vie : au travail, dans la famille, dans notre vie amoureuse, avec nos amis, dans le monde extérieur.
Nos jugements sont les outils que le mental choisit pour prouver sa vérité. Utilisons donc nos jugements au lieu de nous battre pour ne pas en avoir, (ce qui est d’ailleurs impossible réalise Byron katie . « Essayez donc pour voir! C’est comme apprendre à un chat à aboyer. C’est sans espoir! »)
Utilisons donc nos jugements ( la même méthode avec lequel fonctionne le mental ) pour les questionner, créer l’ouverture nécessaire au mental afin d’aller voir sans peur ce qu’ils cachent et ce qui est si confus pour que celui-ci agisse à l’insu de notre bonheur.
Si nous ne les remettons pas en question avec bienveillance se renforcent alors toutes sortes de sensations malsaines parce que non adaptées à ce que nous sommes réellement, comme le sentiment de culpabilité, qui dévie nos actions spontanées jusqu’à ne plus savoir où est notre réelle responsabilité et notre capacité à se pardonner et se rajuster, comme le sentiment de honte qui inhibe notre expression et nous isole dans l’ombre de notre splendeur en pensant que nous ne la méritons pas , comme le sentiment de frustration à chaque fois que nous pensons que la vie ne nous donne pas ce que nous pensons être en droit de recevoir, ainsi que d’autres sentiments comme la jalousie, la vengeance, l’envie, l’auto-sabotage ou la destruction de ce que nous avons de plus cher ,comme une relation par exemple.
D’après Byron Katie, les pensées viennent d’elles-même. On ne peut pas les en empêcher. Ce n’est pas les pensées qui créent de la souffrance, de la tension, mais l’attachement aux pensées. L’attachement c’est croire qu’elles sont vraies, sans les remettre en question. Cette confusion est la seule souffrance.
Elle expérimente qu’il n’y a pas de place pour Dieu (le divin en nous) lorsque le mental est occupé. ‘Vous ne pouvons contrôler nos pensées, mais nous pouvons les rencontrer avec compréhension. Ensuite ce sont elles qui nous lâchent.  »
Lorsque nous questionnons nos pensées stressantes qui nous amènent peurs, angoisse, colère, jalousie.frustration, irritation, honte … nous créons alors une distance entre les pensées et ce que nous sommes réellement. Nous réalisons que nous ne sommes pas nos pensées et de là nous réalisons qui
nous sommes au-delà des pensées . Ça peut faire peur à certains de ne plus s’identifier à elles. Mais la joie réside dans l’absence de pensées stressantes.
Revenons donc à la croyance que je manque de quelque-chose et osons donc émettre un doute sur cette pseudo-réalité juste pour voir ne serait-ce que l’espace d’un instant ce que serait ma vie sans cette interprétation du petit en dedans : « actuellement il me manque quelque-chose, est-ce vrai? Puis-je être absolument sûr qu’il me le manque? N’est-ce pas un concept ce besoin sans lequel je ne peux pas vivre?
Est-ce que c’est vrai que je vais mourir si je ne l’ai pas?
Et à chaque fois que je pense qu’il me manque quelque-chose et que je crois que je suis seule et en plus incapable comme dans le temps du petit enfant, regardez comment je réagis :  » J’appréhende de manquer et j’accumule des choses et des provisions ou je compulse en me procurant du chocolat, je ne peux plus vivre sans contrôler et établir les données de mon existence, je suis rigide avec mon entourage qui pense et agit différemment, je me ferme à toute coopération, je m’impose et pense que j’ai raison sur tout, je ne fais plus confiance que l’existence ou les autres peuvent m’apporter du bonheur, je ne crois pas qu’on puisse m’aimer, donc je décide et je fais toujours toute seule et j’entretiens cette idée que je suis évidemment seule (je me punis de recevoir de la tendresse et de l’affection), je suis avide de prendre et de profiter des autres sans penser que donner peut être du bonheur, je généralise que dans la vie on est toujours seul et on est bien mieux de se faire à l’idée ( quelle souffrance inutile!)
Qui sommes-nous si nous ne pouvions pas penser cette croyance, cette histoire que notre mental a forgé tout au long de notre vie? Arrêtons-nous ne serait-ce que l’espace d’un instant pour laisser monter la réponse à cette question. Laissons émerger la vérité sincère sur nous et reconnectons à cet espace libre de toute entrave. Nous pouvons voir que ce que nous pensons vrai ne l’est pas en réalité. Ça n’est ni plus ni moins qu’une fausse croyance, un mensonge qu’on se répète encore et encore à soi-même…
Alors qui sommes-nous? A cette question, l’humilité prend la place de toute cette arrogance, à la place d’elle s’installe la paix et l’émerveillement de tout ce qui est en place avec ou sans nous, de toute façon.
Au lieu de l’histoire Je reconnecte au présent qui est la seule réalité que je peux appréhender, le seule et unique qui est, je ressens la gratitude de l’instant qu’il m’ est donné de vivre, la puissance de la nature qui m’entoure et ma pulsion de vivre, la joie de ressentir la synchronicité avec les êtres, les choses et les événements . Je ne me bas plus avec ce qui est déjà là; tout mon corps se détend et la paix d’être juste là
est parfaitement comblant; je suis cet instant; tout mon être se calme et je disparais en tant que mental; j’expérimente même ce qu’on peut appeler la béatitude.
Je réalise comment je me sentais avec la croyance : « il me manque quelque-chose « , « je me sens seule »ou « je vais mourir »e. comment je me sens maintenant sans cette histoire. Et je laisse ma conscience faire le choix naturellement.
Poursuivons maintenant le processus du Travail de Byron katie : cherchons comment retourner la(les) pensée(s) dans le sens opposé : « il me manque quelque-chose » » je suis seul », « je suis en train de mourir  » devient : « J’ai tout ce qu’il me faut », « je suis entourée », »je suis vivante ».
Ressentez cette possibilité nouvelle, cette nouvelle pensée qui vient vous éveiller le plus et vivez cette nouvelle réalité. Maintenant trouvez 3 exemples qui montrent en vérité que ce retournement est aussi vrai que le fait de manquer quelque-chose, ou encore que c’est plus vrai qu’il ne vous manque rien. Trouvez des exemples de votre vécu. Pour moi, sans être rationnel mais simplement honnête avec moi, je réalise en laissant venir ma réponse avec conscience: « J’ai tout, argent, nourriture, entourage aimant, possibilités multiples de réaliser mon potentiel, je fais ce qu’il me plaît, j’ai la santé, l’environnement sain, la paix et je n’expérimente pas la mort sous aucune forme ». J’expérimente en le disant l’ouverture de mon esprit, qui lui ouvre mon cœur : Gratitude; je me rends compte de mon arrogance; pas de
jugement, simplement un constat : j’ai tout et je me plaignais. N’étais-je pas en train de me faire vivre un cauchemar et manquer le plus important ?

« La réalité est toujours plus douce que l’histoire que je m’en fais » quote de Byron Katie

II est aussi parfois possible de retourner la pensée ou la croyance en se prenant comme sujet ‘ »je manque à quelque-chose ». Les exemples pourraient être de l’ordre de : « Je ne suis pas présente à regarder le cadeau que l’existence est en train de me montrer et je ne l’honore pas quand je suis affairée à penser qu’elle n’est pas ce que j’attends d’elle. » Pour l’autre pensée « je suis seule », celle-ci pourrait se transformer en : « je laisse l’autre seul ». Exemple ‘.j’ai quitté une relation en imaginant que mon mari ne m’aimait pas parce qu’il aimait passionnément son travail. Je l’abandonne quand je crois à ce scénario .
Un autre retournement vers soi se dessine : « je me manque à moi-même » quelle évidence! C’est beaucoup plus actuel pour moi que le petit enfant qui se croit dépendant : » je passe à côté de jouir de ma vie et me combler de tellement de façons que m’apporte l’existence lorsque je suis branchée sur la pensée qu’il me manque quelque-chose. Ma présence, ma conscience me manque! Avec cette réalisation arrive une vague d’amour qui se retourne vers moi. Il ne s’agit plus que de moi, je me crée, je me sens fondre de tendresse et je reste là. J’aime trop ça!
Faire l’effort de trouver des exemples concrets de notre vécu ancre cette nouvelle possibilité dans la réalité et ne reste donc pas dans une formule simpliste de pensée positive.
Ce processus d’investigation est une façon intelligente de trouver la clarté, la paix et l’amour de soi. Je le prends comme un jeu passionnant qui se mesure dans la capacité à gagner toujours plus d’espace en moi. C’est une rencontre avec soi. J’expérimente avec grande joie que rien de ce qui m’arrive n’est personnel, que je n’ai pas besoin de croire les pensées qui me traversent l’esprit. Je relaxe enfin! Je m’aperçois que les décisions de ma vie arrivent par elles-mêmes. S’installe alors une paix profonde, une liberté d’être avec des possibilités infinies de vivre ma vie. Il n’y a pas de place pour la peur. Je découvre qui je suis réellement et je laisse la grâce se déployer!
Le Travail ( c’est le nom que Byron Katie a donné à cette investigation) est un processus qui clarifie le mental. C’est une des méthodes les plus puissantes pour mettre fin à la souffrance. C’est simple, radical, et peut changer une vie comme elle a drastiquement changé la mienne après tant d’années de thérapies et de croissance personnelle. Elle peut conduire à une vie de liberté et de joie, à une paix qui est là peu importe. Ça demande seulement le désir de reconnaître la simple vérité sur soi.
Et ce qui a changé aussi chez moi dans la vie quotidienne, c’est que si je ne vois pas la clarté, que ma conscience me fait défaut, prise dans le déferlement des événements et des émotions, j’ai l’assurance que les quatre questions du processus me donne cet ancrage, ce phare qu’il est si difficile de voir quand je suis aux prise avec l’impuissance et le désespoir.

« N’arrêtez pas de questionner vos pensées, car vous allez devenir très calmes! »

Nous dit-elle avec humour. Byron Katie est une femme qui a expérimenté il y a 24 ans ce que les gens appellent l’Etat d’Eveil permanent. Elle le définit comme le réveil de ce qui n’est pas vers ce qui est. Depuis, elle n’a plus jamais rencontré un événement ou une personne comme un problème ou qu’elle voudrait changer d’aucune façon. Actuellement elle habite en Californie et diffuse largement ce qu’elle a compris à des
milliers de personnes dans le monde, dans les prisons, les écoles, les hôpitaux. Son enseignement est comme un laser qui tranche à travers notre brouillard!
Comment vivre dans cet espace de non-séparation?
Etre totalement en amour avec la réalité en tout temps c’est fantastique, mais ça prend de faire le Travail pour ne pas perdre cet éveil, pour ne pas retomber dans toute l’insanité des pensées stressantes. Tous ceux qui ont un esprit ouvert peuvent faire ce Travail.
Ne vous contentez pas d’avoir compris rationnellement le processus que je viens de vous partager, car vous resteriez à un niveau mental et penserez peut-être : ah, je connais, ça ressemble à…c’est trop simple. Le Travail quand il est fait sincèrement, à la recherche de ce qui est vrai pour soi est un changement profond qui s’effectue dans la conscience et de mon expérience effectue une reprogrammation dans le cerveau.
Quelques-uns de ses livres sont explicatifs du processus et certains sont traduits en français également :

  • « Aimer ce qui est »
  • « J’ai besoin que tu m’aimes, est-ce vrai?
  • « Investiguez vos pensées et changer le monde »
  •  » Thousand words for Joy »

Et vous pouvez vous rendre sur le site de Byron Katie où de nombreux vidéos sont diffusés ainsi que la manière de procéder.

Lorraine Barsha a participé à 3 écoles de Byron Katie depuis 2007 et suivi le programme de Certification pendant 4 ans pour faciliter les personnes en demande. La facilitation peut être individuelle (au bureau de Prévost ou au téléphone ou sur skype).

Elle offre aussi d’animer un groupe pour les personnes qui veulent apprendre à le faire chez eux .

Contact:  courriel : lorraine@karajaal.com; (514)667-5773

Karma

Print pagePDF pageEmail page

Ted Talk by Donald Hoffman « Do we see reality as it is? »

But here’s the point: Once we let go of our massively intuitive but massively false assumption about the nature of reality, it opens up new ways to think about life’s greatest mystery. I bet that reality will end up turning out to be more fascinating and unexpected than we’ve ever imagined.

19:00      The theory of evolution presents us with the ultimate dare: Dare to recognize that perception is not about seeing truth, it’s about having kids. And by the way, even this TED is just in your head.

Donald is showing how science finally comes pretty close to the « Determination of the 6 patriarchs » (Geshe Michael Roach Interview).

L’Art de Planer

Print pagePDF pageEmail page

adp_1Cet article est basé sur les livres « The art of soaring » et « the power of luck » par Dolokhov et Gurangov (Deep Snow Press)

Ici vous développez votre propre technique et aussi votre philosophie personnelle!
La technique n’est pas importante. Vous n’avez qu’à vous rappeler que vous êtes un magicien, qui – avec des yeux pétillants, prends partie dans la Création avec beaucoup de plaisir!

D’abord une petite conversation qui a eu lieu il y a « vraiment » longtemps entre un magicien et son acolyte:

 »Si tous les croyances sont des illusions, alors même votre proposition que tous les croyances sont des illusions – c’est aussi une illusion. »

 »C’est absolument vrai. »

 »Alors nous croirons en quoi?! »

 »Tout-à-fait!i

i Luke Rhinehart, Transformation


Et ensuite le crédo des « gens des temps modernes »

credoJe crois en l’alternance régulière de jour et nuit et en les saisons.
Je crois que les gens existent et que je suis une personne; que j’ai une tête, un corps, deux bras, deux jambes et que j’appartiens à un gendre spécifique.
Je crois en le pouvoir de la monnaie et je m’incline devant son autorité suprême.
Je crois que la terre est ronde et qu’elle tourne autour du soleil.
Je crois dans la loi de la gravité et je crois que je vais mourir…
En le nom de Espace, Temps et Matière
Amen!

Cette philosophie conventionnelle est répandu partout dans le monde comme une religion universelle.


adp2Ce n’est pas la réalité qui constitue notre pensée – c’est notre langage qui crée la réalité : est-ce que le SIDA existe en soi ou est-ce que cette épidémie à été  »trouvée » car nous la recherchions?

Alors prétendons que nous sommes réellement immortel
et des êtres tout-puissant  des magiciens!


Qu’est-ce qu’il font les êtres immortels?

adp3Elles s’amusent

Il était une fois que Shiva descendu sur la terre. Ou il voit un Brahmane très saint, qui a enduré pendant toute la vie l’ascétisme le plus ardue et observé toutes les rituels en priant sans cesse à Shiva.
Le Brahmane alors demande à celui au trois yeux:
 »Oh Mahadeva, quand est-ce que j’atteindrais l’illumination? »
 »Vous ne vous reste qu’une incarnation. »
En entendant ces mots, le Brahmane devint furieux et se mit à insulter Shiva, insistant qu’il aurait déjà mérité l’illumination dans cette vie-ci. adp4En prononçant ces mots, le Brahmane sans doute a étendu son emprisonnement dans le corps humain pour beaucoup plus de vies…
Après ça Shiva passa auprès d’un paysan pompette qui était en train de baiser l’épouse de quelqu’un d’autre. Le paysan demanda à celui au six bras:
 »Oh Mahadeva, quand est-ce que j’atteindrais l’illumination? »
 »Vous avez encore dix incarnations devant vous »
Le paysan, ivre de joie, se mit à danser en chantant extatiquement:  »Et à la fin je serais libre! »
A ce moment il atteignit l’illumination.


Les Fondements

We are the creators of everything in joined co-creation with God and Love. All what we desire will be fulfilled. The whole universe works on the law of attraction. As our desires are quite mixed and not pure, the things and events they attract are mixed in the same way. This corresponds clearly and completely to the theory of how karma works.
I feel it is better to call it “Law of Resonance” because: ‘attraction’ means that we can consciously attract what we desire. That is true and also contains a trap; wishing won’t make it. A mental approach like wishing, complaining, thinking that I deserve etc won’t bring about the results. The ‘attracting’ is rather to bring yourself somehow in vibrational resonance with the energy of your desire. And that is only possible by playing as if you have already what you desire. If you generate the feelings that are there when your desire is fulfilled, you summon the universe, source, God to bring the material extension of it.
Children do that easily and naturally as long as they are not overtaken by the rational mind – in school or at home. They just play as if… that’s the thing
And Jesus called a little child unto Him, and set him in the midst of them, and said, “Verily I say unto you, unless ye be converted and become as little children, ye shall not enter into the Kingdom of Heaven. Whosoever therefore shall humble himself as this little child, the same is greatest in the Kingdom of Heaven.”1


adp5

 It all happens in three steps:

  1. We have to ask. As we are in a situation where we do not feel comfortable – situation of contrast – where we are not happy. In an unhappy state of mind, we are misaligned with the Source (God). This tension creates a desire on our part to resolve the field of tension and realign us again with the Source.

  2. The whole universe is listening and aligns immediately it’s energy to help us, to fulfill our desire so we can be realigned with the Source (God). These two first steps just happen without our conscious doing, they are natural. The are the motor of “evolution” since the appearance of human beings in Creation.

  3. The third step entirely depends on us: we must find a way somehow to be a vibrational match to our desire. We see our desire is born out of the situation of discomfort or suffering – in other words: there are two “entities”: the suffering and the desire. All in the universe works according to attraction. In this sense it is really crucial where we put our attention: remembering and speaking constantly about the suffering or remembering and living mentally in the desire, or the satisfaction we feel when the desire is fulfilled.

In fact our emotional apparatus has the main function to alert us in real time and constantly about our alignment with the Source. As soon as we are misaligned we feel the feelings that can be described as suffering. This tension of misalignment creates the desire to come back to alignment. From this moment onward the universe will do everything in its might to bring you the things and situations that you in fact require: if you put all your energy into complaining how much you suffer, how unjust the world is, then the universe will present you things and events that correspond to your suffering… and your suffering will perpetuate itself… in fact you perpetuate the suffering.

If on the other hand you put your energy into the desire and forget about the suffering that brought it up, then the universe will give you all that you want. In fact the universe gave you all along what you wanted. In fact the universe is really you: you give to you always what you give to you.1

There is no exclusion: whatever you affirm, wherever you put your energy… that means whatever you embrace or whatever you fight, will be included in to your vibrational expression. And the law of attraction acts just on that.

So if you continue to beat the drum of what is going wrong, you prolong the wrong, because you hold yourself vibrationally apart from what it is they are wanting. But if we start speaking of what we want and imagine that what we are seeking is happening, if we feel as if it is already there or if we remember something similar happening, then we tune our vibration to the state of the vibration of our desire and the Source will yield what we are seeking. It seems that just 68 seconds of creating a vibrational energy that matches our desire is enough to summon the Source.

adp6


La Technique


La pleine conscience c’est de revivifier le souvenir que ‘‘je suis un magicien, qui vis dans un monde illusoire » (les projections de la philosophie conventionnelle) et  »je peux changer ce monde en me connectant au monde de la magie ».

Remerciements:
 »Il n’y aucun problème qui ne tient pas de cadeau pour vous en ses mains. Vous cherchez des problèmes car vous avez besoin de ces cadeaux. »i

adp7Si vous rencontrez un obstacle dans votre chemin (exemple un voyou devant vous plus bas dans une allée sombre) vous vous arrêtez en disant:

«Merci, cher Vanya, pour m’avertir que ce que j’imagine peut vraiment se passer: tu pourrait me casser la gueule et prendre tout mon argent. Puis je pourrait devenir tout comme toi, ou bien je pourrait finir mendiant car ma femme ne me laisserait jamais rentrer à la maison sans argent...

Vanya est la personnification de toutes les obstacles (tradition russe). Vous pouvez en ajouter jusqu’au point de l’absurdité rendant le tout absolument ridicule.
Vous renforcez votre remerciement en donnant un cadeau imaginaire à Vanya :
«

 »Je te remercie et je t’offre un héron en bottes de caoutchouc, qui est en train de peindre la cloture vert à l’aide d’un aspirateur »

Le cadeau peut être modifié en continue.

Le nombre magique
Les magiciens ont adopté une unité de mesure humoristique – le nombre magique « 27 »

 »Quand je pourrais voir les effets de ma magie?  »

 »En 27 »

Un magicien ne planifie pas les résultats, elle n’a pas d’attentes en particulier – mais elle espère le meilleur.

D’après Richard Bach- Illusions

Renommer
Un bon fonctionnement dans la société (philosophie conventionnelle) nous demande de porter un masque; un masque différent pour chaque situation ou rôle différent.Nous changeons le masque selon les circonstances.
Renommer c’est changer le masque: on change notre nom diagnostique (masque par rapport à la philosophie conventionnelle) en nom magique (personnel).


De
 »je suis celui qui risque de se faire voler l’argent »

en  »je suis le héron qui peint la cloture »

Au lieu de renommer nous même, on peut aussi renommer l’obstacle; ça veut dire : améliorer l’obstacle – de toute façon je suis celui, qui a crée l’obstacle et tous ce qui se trouve dans le monde selon moi (selon ma philosophie).
Renommer c’est consciemment créer un film de comédie alternatif au film de peur conventionnel; les images qui constituent le film sont crée instantanément ou peuvent être  »lu » avec notre œil intérieur.

La puissance de renommer peut être augmenté si tout le groupe répète le nouveau nom plusieurs fois en unisson à la personne.


C’est la recherche d’une épisode dans
notre enfance où on a rencontré cet obstacle pour la première fois. Après qu’on a trouvé la racine on a deux possibilités :

    1. donner les remerciements

    2. rejouer cet événement selon un nouveau script (= renommer)


Donc vous composez une nouvelle formule pour planer «je suis une poule pondeuse qui se régale de polyvitamines» et sans délai vous commencez à la répéter.

En affirmant la formule (= votre nouveau nom) vous vous mettez dans un état propice à recevoir des signes d’appui qui confirment mon statut comme magicien.

Vous observez des signes d’appui, des signes de bonne augure qui vous signifient que vous vous promenez en harmonie avec le plan créateur; que votre plan est façonné d’après l’ensemble de la Création : vous voyez succès et bonheur partout. Ces signes apparaissent par eux-mêmes ou ils sont crée par vous (en renommant ce que vous voyez). Ainsi vous vous rendez compte de tout les scènes amusantes et agréables autour de vous et vous trouvez quelque chose de bien dans tout ce que vous voyez.

Transfiguration
En vivant le film correspondant à votre formule, vous l’incorporez dans votre vie. Cela aide à casser la structure stéréotypé standard (philosophie conventionnelle)

Je suis alors devenu un être libre et heureux, conscient de la nature illusoire ma personnalité.

L’incorporation de votre formule dans votre vie va attirer des résultats stupéfiants!

Jauger les eaux

Si vous êtes attiré par quelque chose vous voyez au même temps des signes qui vous alertent de difficultés possibles, vous pouvez ou faire facei à ces difficultés ou les renommer.

Monologuiser les dialogues

Pendant un dialogue conflictuel, vous vous appropriez de tous ce que l’autre dit en utilisant le « Je »
Au lieu de
« pourquoi tu rentres si tard à la maison? – Tu n’a rien à me dire quand je devrait être à la maison! »

vous reformulez : « Pourquoi je rentre si tard à la maison? – J’ai rien à me dire quand je devrais être à la maison…

Donc, vous écrivez la version conventionnelle d’un conflit/dispute et vous le monologuez en « Je » par la suite.

Installer une sentinelle

Un aide puissant pour résoudre des problèmes : vous demandez à l’esprit de l’endroit de vous montrer des possibilités… alors votre regard/attention va tomber sur un objet, animal, personne etc qui peux servir comme sentinelle.

Adressez-vous solennellement à la sentinelle pour expliquer la situation et donnez-lui un cadeau (cadeau pour Vanya); puis expliquez votre demande et comment cette tâche va rendre la vie de la sentinelle plus intéressante.
Cette technique peut être utile pour protéger un endroit contre le vol etc.

apn8

Méditation

Print pagePDF pageEmail page

« Tout ce qui est décrit dans cet article sont des techniques de méditation – la méditation n’est pas une technique mais un état d’être. » (aviram)

« S’il y a un but pour la méditation – ça serait l’absence de soi
– comment vas-tu faire pour te soustraire? » (aviram)


Respiration par les chakras

chakrabreathingMéditation d’Osho; Musique à télécharger :  »Chakra Breathing » (mp3)

Une méditation qui peut aider à devenir conscient des chakras (Ida, Pingala, Sushumna). Une méditation active avec respiration intense et mouvement du corps accompagné par la musique.

Étape 1 (45min)

La séquence suivante se fait 3 fois: Debout les pieds en ligne avec les épaules; le corps et détendu. Les yeux fermés respire par la bouche ouverte profondément dans le premier chakra (1 » par dessus le péroné) – imaginez de respirer par le chakra – la respiration comme un ramonage; suivez le rythme et la tonalité de la musique. Accompagnez la respiration par un mouvement des mains au niveau du chakra.

Cloche – monte au prochain chakra avec ta respiration; à chaque chakra la respiration devient plus vite et plus doux au même temps.

Après le 7ième chakra tu entends 3 sons de cloche : descends lentement, chakra par chakra jusqu’en bas au premier chakra.

Attends la prochaine séquence.

Étape 2 (15min)

Assis-toi, les yeux fermés en silence; ne focus sur rien en particulier, reste témoin de tout ce qui se passe à l’intérieur et l’extérieur sans jugement, sans investissement.


Vipassana

vipassanaMéditation d’Osho; Méditation de perspicacité

Trouvez un endroit confortable pour être assis pendant 45′ (même place tous les jours).

Le dos et la tête doivent être droit; les yeux fermés.

Respire naturellement. La Vipassana est fondée sur la conscience de la respiration, l’inspiration et l’expiration sont à observer; à l’endroit où la respiration est ressenti le plus clairement et le plus facilement (au nez ou dans la région du ventre ou celle du plexus solaire…).

La vipassana n’est pas une concentration – des pensés, des sentiments ou des émotions vont émerger commes les sons, le vent etc de l’extérieur : il n’y a rien à faire… juste observer que les perceptions apparaissent et disparaissent… ton engagement n’est pas requis du tout… juste retourne à la respiration quand tu te rappelles…

Il n’y a rien de spécial… il n’y a pas de succès ni d’échec avec cette méditation… ni une amélioration… il n’y a rien à comprendre… juste vivre simplement


Promenade en silence

walking_meditationMéditation de Byron Katie

  • Promènes-toi en silence. Tout en marchant, regardes tout ce que tu vois comme si rien n’avait encore de nom. Tout en marchant, commences à nommer tout sur quoi tes yeux se posent, comme si étais Dieu. Nommes les choses pour la première fois.

  • En silence, annonces à la  »chose » et à toi-même le nom de cette  »chose » à chaque moment. En marchant, qui vois-tu juste maintenant, physiquement. Nomme-le.

  • Reste avec les pensées  »à la première génération ». Par exemple : ciel, maison, asphalte, neige, arbre, soulier, femme.

  • Quand tu t’aperçois que tes pensées s’en vont vers une génération plus avancée, comme :  »un arbre majestueux couvert de neige – que c’est beau!… Quelle belle maison… J’aime bien cette promenade » … stop! Observe, sois tranquille.

  • Reviens à un mot simple, non-compliqué, mot  »à la première génération » : Sol, ciel, femme, chien, caillou…


 

Nadabrahma

nadabrahmaMéditation d’Osho; Musique à télécharger :  »Nadabrahma » (mp3)

C’est une ancienne technique tibétaine qui était pratiqué originalement tôt le matin.

Étape 1 (30min)

Assis, détendu, les yeux fermés et la bouche fermé. Commence avec le  »humming » assez fort que les autres peuvent l’entendre. Cela crée une vibration partout dans le corps. Tu peux te visualiser comme un tube, un bambou vide remplit des resonances… jusqu’au point où le  »humming » se fait tout seul et tu deviens l’écouteur.

Étape 2 (15min)

Première partie :

Les mains en avant, les paumes vers le ciel. Quand la musique commence, fais des mouvement circulaires commençant au nombril, allant par en avant, se divisant de chaque côté comme 2 larges cercles miroités. Fais le mouvement tellement lentement que le mouvement est presque imperceptible. Imagine de donner de l’énergie à travers tes mains à l’univers.

Deuxième partie :

La musique change; tourne tes paumes vers le sol et inverse les mouvements : les mains vont se rejoindre en allant vers le nombril et aller par la périphérie de côté vers en avant. Imagine que tu assimiles l’énergie dans ton corps. Si ton corps veut faire des mouvements douces, laisse-le.

Troisième partie :

Reste assis sans mouvement et tranquille.


Zazen

zazenMéditation d’Osho

C’est une méditation qui se fait les yeux ouverts. Si tu n’as jamais fait cette méditation, commence par compter les expirations pour 5 ou 10 minutes afin de te relaxer dans un état de conscience sans choix.

  1. Assis n’importe où; ce qui est dans ton champs de vision ne devrait pas être excitant ou mouvementé; très peu de distraction; tu peux regarder des arbres, le ciel, un mur.

  2. Ne regarde rien en particulier; il s’agit de juste laisser les jeux ouverts.

  3. Détends ta respiration; ne le fait pas – juste laisse aller ta respiration.

  4. Garde ton corps immobile pendant toute la méditation


Kundalini

Méditation d’Osho; Musique à télécharger :  »Kundalini » (mp3)

Si vous faite la méditation Kundalini, permettez le tremblement, ne le faites pas. Restez debout tranquillement et sentez le tremblement arriver; quand votre corps commence à trembler, aidez-le mais ne le faites pas, ne soyez pas en contrôle. Réjouissez-vous, permettez-le, recevrez-le – mais ne le faites pas avec votre volonté.
Si vous forcez cette danse devient un exercice, un exercice physique. Le tremblement va être là mais seulement à la surface, il ne va pas vous pénétrer. Vous resterez solide, comme une roche, vous serez en contrôle et le corps va seulement suivre… Votre corps n’est pas le problème mais vous! Quand je dis tremblez, devenez le tremblement; je veux dire : laisser le tremblement pénétrer tout votre être qui est solide comme une roche – jusqu’il devient souple, liquide et il fond. » OSHO

kundaliniPremière partie (15min)

Debout et détendu; les yeux ouvert ou fermés. Laisse un tremblement arriver par tes pieds qui monte dans tout ton corps; laisse tout ton corps trembler; deviens le tremblement.

Deuxième partie (15min)

Danses… selon ce que tu ressens et laisse ton corps bouger comme il veut

Troisième partie (15min)

Arrête tout mouvement et ferme tes yeux, debout ou assis, observe ce qui apparaît à l’intérieur ou à l’extérieur.

Quatrième partie (15min)

Couché sur le dos, les yeux fermés, juste reste tranquille.


 Satori

satori1C’est un processus d’enquête profonde dans ce qui peut être appelé « moi? » animé par Chandra Kala.

Une retraite d’introspection basée sur la pratique de koans de vie
Qui Suis-Je? Qui est à l’Intérieur? Ce qu’est la vie? Ce qu’est un autre?
Un koan est un questionnement personnel qui amène à différents niveaux de réalisation face au réel de ce que nous sommes.
satorividUn plongeon intérieur pour se brancher à l’essentiel qui inclue tout ce qui fait de nous, l’être que nous sommes tel que nous sommes – ombre et lumière.
Seul et avec d’autres, nous marchons à la rencontre de l’unité qui réconcilie et qui apaise.

+infos sur le site web de Chandra Kala